top of page

Qu'est-ce que l’investissement alternatif

Les métaux précieux (Or, Argent, Platine, …)

Investissement alternatif - Faible culture financière française

La France est classée en dernière position sur la culture financière “basique” en Europe.

Cette incapacité à comprendre les bases de notre système économique entraîne une grande défiance envers celui-ci et ceux qui le maîtrise. Ce manque de connaissance entraîne une mauvaise allocation du capital. Il est donc important d’avoir une stratégie alternative pour vos investissements.


Investissement alternatif - Le désamour du risque

Le placement préféré des Français est le compte courant. La population favorise les placements monétaires sans rendement et sans risque et c’est une erreur !


Investissement alternatif - L’utopie de l’immobilier sans risque

Sept Français sur dix privilégient l’immobilier pour y investir leur épargne. Pour acquérir leur résidence principale ou générer des revenus complémentaires grâce à la location.

Contrairement à ce que beaucoup pensent ce n’est pas sans risque !


Investissement alternatif - Les bulles immobilières

La bulle des subprimes aux États-Unis, la bulle immobilière Japonaise ou encore plus récemment en Espagne. Elles naissent toutes du même sentiment, que l’immobilier est une valeur sûre et que l’endettement même à taux variable est sans risque.

Cependant il ne faut pas exclure l’immobilier de son patrimoine. Un investissement alternatif dans les SCPI peut vous permettre d’investir intelligemment tout en limitant votre risque.


Investissement alternatif - Les pièges de la défiscalisation

La défiscalisation ne doit pas être une stratégie d’investissement en soi. L’état met régulièrement en place des dispositifs fiscaux pour réduire l’impôt sur le revenu dans différents types d’investissements.

Dans mon expérience professionnelle j’ai rarement rencontré un client satisfait de ce genre de dispositif. Les avantages fiscaux dans l’immobilier orientent l’épargne vers des investissements décevant.

La défiscalisation peut être un outil en accord avec votre stratégie d’investissement alternatif mais ce n’est en aucun cas un but ultime !


Investissement alternatif - Créer sa stratégie

Beaucoup de ménages négligent la gestion de leur patrimoine et se contentent de stocker leurs liquidités sur un Livret A si ce n’est pas sur leur compte courant.

Votre stratégie d’investissement alternatif doit vous permettre de prendre plus de risque avec votre épargne tout en disposant de suffisamment de liquidité pour faire face aux aléas de la vie.


Investissement alternatif - Prendre des risques intelligents

Après avoir mis suffisamment d’épargne rapidement disponible sur des supports monétaires votre stratégie d’investissement alternatif doit orienter votre épargne vers d’avantages de risques.

 

Investissement alternatif - Les métaux précieux (Or, Argent, Platine, …)

Les métaux précieux sont considérés depuis des temps immémoriaux comme un symbole de richesse et de puissance. L’or, et dans une moindre mesure l’argent, ont eu des usages variés au cours de l’histoire : ils ont été utilisés pour l’orfèvrerie, la bijouterie et comme monnaie.

En termes de demande, sur le total de l’or actuellement en circulation, les utilisations sont les suivantes :

  • Bijoux : 49%,

  • Investissement privé (fonds d’investissement et particuliers) : 21%,

  • Réserves publiques d’or (gouvernements et banques centrales) : 18%,

  • Industriel (principalement dans les appareils électroniques) : 12%.

Selon les données historiques disponibles, l’or fournit en général une bonne protection contre l’inflation. De plus, c’est la valeur refuge par excellence, c’est-à-dire que lorsqu’il y a des moments de panique sur les marchés (forte incertitude, crises économiques et financières profondes, guerres, etc.), sa demande, et donc son prix, monte en flèche.

Il est intéressant de rappeler que si, au cours des 200 dernières années, l’or a à peine réussi à vaincre l’inflation, depuis que les États-Unis ont abandonné l’étalon-or en 1971 sous l’administration Nixon, sa performance annuelle a grimpé en flèche pour atteindre 10,45 % l’an ou, en termes absolus, 3 500 %.

Ces données sont en termes nominaux, pour le calcul de la rentabilité réelle, il faudrait soustraire l’inflation, qui, pendant cette période, a été de 3 à 4% par an. Malgré cela, la rentabilité a été très bonne, comme vous pouvez le constater.


Investissement alternatif - Les matières premières

Les matières premières sont nécessaires à notre vie et il y a donc un certain niveau de demande minimale. Mais comme tout marché, leur prix dépend à la fois de l’offre et de la demande. Si l’offre dépasse la demande, le prix baisse et vice versa.

Il existe différents types de matières premières : celles liées à l’énergie (pétrole, charbon, gaz naturel…), aux métaux (acier, aluminium, cuivre, nickel…), aux métaux précieux (or, argent, platine, palladium) et aux aliments (blé, maïs, fève de cacao, sucre…).

Investir dans les matières premières (que ce soit par le biais de contrat à terme, de CFD ou d’ETF) est une forme d’investissement alternatif mais hautement spéculatif, et n’est en principe pas recommandé, sauf si votre compréhension du marché dans lequel vous souhaitez investir est beaucoup plus élevée que la moyenne.

Le problème des investissements dans les matières premières ne réside pas seulement dans le fait qu’il faut choisir le bon moment : étant cyclique, la demande augmente généralement plus vite que l’offre en période de croissance économique (et donc leur prix augmente également) et, en période de dépression économique, la demande diminue et l’offre met du temps à se réajuster, ce qui fait baisser leur prix.

Comme nous le disions, le problème supplémentaire est qu’il faut tenir compte de nombreux autres facteurs en plus du cycle économique général, tels que les caractéristiques particulières du marché de la matière première en question, les utilisations futures possibles de la matière première, les produits de substitution et les changements dans les méthodes de production. En bref, vous êtes confronté à un risque croissant : les changements technologiques.

En bref, il semble que dans la période actuelle, il pourrait être plutôt fructueux d’investir dans les matières premières. Cependant, vous devez toujours savoir exactement dans quoi vous investissez. Le marché du pétrole, par exemple, est complètement différent du marché du cuivre ou des engrais.

Il pourrait être préférable d’investir dans des entreprises qui produisent ou traitent des matières premières, plutôt que d’investir dans des matières premières en elles-mêmes et, dans ce secteur industriel, d’investir dans des entreprises peu endettées, qui se situent dans la partie inférieure de la courbe des coûts de leur industrie mondiale, et de préférence qui sont les plus efficaces du secteur.


Investissement alternatif - Les voitures de collection

Les ventes aux enchères font parfois les gros titres, à l’image de cette Ferrari 250 GTO qui a trouvé preneur pour près de 41 millions d’euros lors d’une vente organisée par RM Sotheby’s à l’été 2018. Il s’agit d’un prix bien supérieur à celui auquel ce modèle changeait de main il y a quelques dizaines d’années.

Il est tentant d’envisager prendre du plaisir avec une belle auto, tout en réalisant une bonne affaire sur le plan financier. Encore faut-il trouver le modèle dont la cote pourra s’envoler avec le temps. Pour certains modèles, il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’attendre 50 ans avant de voir leur cote exploser. C’est le cas de nombreuses supercars.

Investir dans le marché de l’automobile de collection demandera, sans surprise, de bonnes connaissances dans ce domaine, notamment en ce qui concerne les différentes catégories :

  • Les voitures d’avant-guerre : véhicules anciens produits avant 1950.

  • Les voitures rares : pas nécessairement anciennes à condition que sa production ait été très limitée.

  • Les voitures youngtimers : véhicules dont la production s’est stoppée depuis 15 ans au minimum, mais qui n’ont pas encore atteint les 30 ans d’ancienneté.


Investissement alternatif - Le vin

En 2022, les vins et spiritueux français ont dépassé les 17 milliards d’euros d’exportations, un record historique qui démontre du dynamisme du marché. Ce dynamisme a notamment permis le développement des placements dans ce domaine qui représente à la fois un investissement original souvent rattaché à la passion et un investissement rentable

Le vin, autrefois considéré comme un simple produit de consommation, devient désormais un support d’investissement attrayant, notamment grâce au rayonnement international des grands crus français mais aussi grâce à l’évolution du marché.

Désormais, le marché est moins flou et il est devenu aussi transparent que les classiques marchés financiers sauf que le marché du vin ne connaît pas les soubresauts et la volatilité que rencontre actuellement la bourse.

En faisant le choix d’ investir dans le vin, vous diversifiez avant tout votre patrimoine, une notion qui vous le savez est indispensable dans la mutualisation des risques et l’augmentation de la rentabilité de vos placements.

Vous faites aussi un placement original dans un actif de prestige qui n’est pas exposé aux risques de volatilité comme peuvent l’être les valeurs boursières classiques.

Avec l’ouverture récente des marchés asiatiques, notamment chinois, le marché des grands crus de vins Français (Bordeaux et Bourgogne principalement) connait un essor important et voit les prix des vins et primeurs grimpés en flèche chaque année.


Investissement alternatif - Les forêts

L’investissement forestier est une façon de diversifier ses placements tout en étant responsable, en bénéficiant d’avantages fiscaux et en bénéficiant d’une performance globale intéressante. C’est également un investissement d’avenir. En quelques chiffres, les forêts françaises c’est 17 millions d’hectares, soit 30 % du territoire. Elles constituent aussi le 3ème stock européen de bois sur pied.

Comme pour chaque investissement, il existe des risques. Il y a évidemment des risques naturels : des risques d’incendies, de tempêtes ou encore des risques phytosanitaires. Ils sont souvent liés à la gestion des massifs. Cependant, il est possible d’être assuré contre ces risques pour ne pas en subir les conséquences.

Pour ce placement, comme pour la plupart, il y a également une absence de garantie de capital : la valeur des forêts varie avec le temps. Il faut aussi prendre en compte la fluctuation du marché du bois et de la forêt. Enfin, bien qu’avantageuse ces temps-ci, la fiscalité peut évoluer au fil du temps.

Les investissements forestiers offrent de nombreux avantages et représentent une solution pour ceux qui souhaitent diversifier leurs placements en donnant un sens à leurs investissements. Malgré certains risques naturels, la fiscalité avantageuse de ces placements en fait un investissement intéressant pour ceux qui souhaitent concilier convictions personnelles et performance.


Les entreprises non cotées « le private equity »

Le private equity, ou capital-investissement, désigne l’investissement dans les sociétés non cotées en Bourse. Il s’agit donc d’acheter des parts de petites et moyennes entreprises, en cours de développement, dont les actions ne sont pas cotées en Bourse.

Le private equity est donc une des sources de financement des PME et ETI non cotées, alternative à l’endettement bancaire, qui ne nécessite pas de passer par un IPO (Initial Public Offering) ou une introduction en Bourse, une opération qui est lourde, coûteuse et assortie de nombreuses contraintes pour les entreprises.

Les financements de type Private Equity s’accompagnent d’une vision d’accompagnement sur le long terme. Les contraintes de ce mode de financement sont souvent plus souples que celles issues des financements bancaires, obligataires ou des IPO.

En effet, les créanciers ou actionnaires peuvent parfois mettre une certaine forme de « pression » au regard de la rentabilité et des dates limites de réalisation des objectifs, tandis qu’un accompagnement de financement par l’intermédiaire d’une société de Private Equity est généralement plus souple et axé sur le « temps long ».


Investissement alternatif - Dette publique ou dette privée

Investir sur des obligations est généralement plus sûr qu’investir sur des actions. La raison est que les détenteurs de dette ont priorité sur les actionnaires. Si l’entreprise venait à faire banqueroute, ce sont les créanciers qui seraient remboursés en premier. Les actionnaires, eux, récupèrent le reste.

Dans une telle situation, les créanciers sont généralement remboursés au moins en partie, tandis que les actionnaires peuvent, dans le pire des cas, tout perdre.

Malgré la crise de la dette souveraine, on dit souvent que les bons du trésor américain sont un actif “sans risque”. Fait significatif : aucun type d’action n’est considéré comme étant sans risque. Si la sauvegarde de votre capital est votre objectif premier, alors une obligation d’État est votre meilleur allié. Les fonds euros des assurance-vie si chers aux Français sont principalement investis en obligations.


Investissement alternatif - Les obligations

Les obligations sont particulièrement adaptées aux retraités par exemple, grâce au revenu fixe qu’elles génèrent. Votre retraite en prendrait probablement un coup si vous comptiez uniquement sur les actions alors que les marchés financiers sont souvent sujets aux turbulences.


Une obligation, mieux qu’un livret d’épargne

Parfois, les obligations sont le seul refuge. Les taux d’intérêts sur les obligations sont presque toujours plus élevés que les taux d’intérêts des livrets d’épargne sauf durant les courtes périodes de taux « boostés » des livrets.

Par conséquent, si vous épargnez et n’avez pas besoin de cet argent à court terme, un placement obligataire vous assurera un meilleur rendement pour un risque faible.


Un investissement stable et sur la durée

Les obligations souffrent de certaines idées reçues, mais une chose est sûre, elles peuvent apporter une certaine stabilité dans votre portefeuille.

Les obligations sont un investissement à conserver longtemps. Elles garantissent un flux de revenus stable quand les actions chutent, et présentent une bonne solution d’épargne pour ceux qui sont frileux à l’idée de risquer de prendre trop de risques.


En conclusion

Les placements alternatifs doivent être des investissements complémentaires, dans un objectif de diversification de votre patrimoine. Assurez-vous de ne jamais investir une part importante de votre épargne, ne surestimez pas les rendements, tenez compte des risques présents et considérez des opportunités objectives sur l'horizon fixé.



224 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page